Pages Menu
TwitterFacebook
Categories Menu
RELATION – Expérience musicale franco-coréenne

RELATION – Expérience musicale franco-coréenne

Relation est à l’origine d’une rencontre entre des musiciens français et coréens. À travers le prisme de la musique acousmatique, le spectateur sera invité à s’initier dans une réflexion à la fois personnelle et imaginaire, où chaque corps présent dans le champ sonore nourrit une discussion instinctive et poétique.

RELATION 1

RELATION

Liquid Sound
13 novembre 2015 | 16 novembre 2015 | 23 novembre 2015

 

Dans ce spectacle expérimental, nous essayons d’imager les diverses interactions de la communication humaine.

Le mélange contemporain entre la musique coréenne et l’électro-acoustique, nous a permis de réfléchir aux liens de causalité entre ces relations. C’est tous ensemble que nous avons mis au point un spectacle qui exprime les différentes phases de communications existantes.

Le processus mis en place n’a pas pour seul but de créer un spectacle à présenter tel quel sur scène. Il s’agit plutôt de relations et d’interactions ayant lieu avant, pendant et après ce fameux spectacle. C’est pourquoi nous avons mis un point d’honneur à la communication pendant les répétitions et tout au long de la création.

Nous invitons les spectateurs à réfléchir et à échanger sur ces notions de communication telles que nous les présentons dans ce spectacle, voyage aux horizons lointains, dans les méandres de l’expression.

RELATION 2

Déroulement du spectacle

0. Intro – I Si In Goa

 

I. Dong Si In Goa (Cause-effet / Le lien de cause à effet )

Nous sommes partis de ce constat : dans toutes les relations, il y a une cause et un résultat.

Les causes ont une influence directe sur les effets. A posteriori, le résultat

influence aussi la cause, et peut de ce fait créer de nouveaux effets.

Les rapports se produisant au même endroit au même moment, sont appelés en Coréen « Dong Si In Goa » (simultanéité des causes à effet ).

Des musiciens jouent à tour de rôle, sans réelle communication.

Dans cette première partie, il n’y a aucun moment de jeux simultané, mais tout de même, les sons que joue un musicien sont forcément influencés par sceux qui ont été joués avant. Les effets font naitre de nouvelles causes et ainsi de suite.

II. Hasard, coïncidence, probabilité === Probabilité

Le hasard peut être considéré comme l’inverse de la causalité.

Effectivement, contrairement à notre première partie les causes n’impliquent pas forcément des effets, ou tout du moins pas ceux escomptés. L’inverse se vérifie également. Ce qui nous intéresse dans cette deuxième partie, c’est l’ambiguïté du Hasard. Le fait qu’on ne puisse pas connaître les causes de ce phénomène le rende insaisissable.

Un des dérivés du hasard est appelé la coïncidence. On peut considérer ce phénomène comme une probabilité. Dans cette partie chaque musicien joue à son rythme. Des sons se rencontrent au hasard, des jeux s’entrechoquent ou se rejoignent.

Tout est hasard, coïncidence ou probabilité.

III. Écoute (attentive)

Dans cette partie, nous développons l’idée de l’écoute attentive. Il s’agit de faire preuve de patience pour communiquer avec les autres. Il faut « écouter avec un esprit ouvert ».

La communication ne se fait pas seulement avec les oreilles, mais aussi avec les mains, la bouche, au travers des gestes et, des expressions.

Partant de ce constat, chaque musicien joue un solo pendant que les trois autres écoutent attentivement soit sur scène soit avec les spectateurs.

IV. I Si In Goa I,II (Effet de l’écoute)

Comme une sorte de conclusion au spectacle, cette partie peut être considérée comme l’effet de toute la communication mise en place autour de ce travail.

À partir des mélodies issues des solos de la partie précédente, les musiciens commencent un morceau durant lequel ils jouent tous ensemble. L’écoute, le dialogue et l’interaction sont au centre de cette partie. Il s’agit de la représentation sonore d’une situation de communication idéale.

Cette partie se termine sur une fin ouverte suggérant la continuité de la communication et engendrant des modifications. Le spectacle est ainsi conçu comme une boucle, comme un éternel recommencement des différentes situations de communications rencontrées, inhérentes à la vie humaine.

Il s’agit, de réinterroger la conceptualisation du principe de cause à effet à travers le temps.

 

Gayageum  (Sitar Coréen ) : Cheon JinHee
Daegeum  (Flûte traversière coréenne en bambou) : Song JiYun
Janggu (Percussion coréenne) : Woo Minyoung
Concept, mise en scène : Lee Inbo
Electro acoustique : Boris Allenou, Jules Roze
Scénographie : Park Ikhyeon

리플렛(210x148)최종-01

13 novembre 2015 à 18h30
Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord, Auditorium
20 avenue George Sand, 93210 Saint-Denis

16 novembre 2015 à 18h00
Université Paris 8 Amphi X
2 rue de la liberté, 93526 Saint-Denis

23 novembre 2015 à 14h00 et 18h00
Haute école des arts du Rhin-Strasbourg
1 rue de l’Académie, 67000 Strasbourg

Entrée libre.

Durée : 1h 10
Réservation/Contact : liquidsound.contact@gmail.com / 0674941430

Directory Wizard powered by www.polldirectory.net